lundi 20 février 2017 07h09

Une journée à l’ONTT : Voyage en dernière classe.

Publié le mardi 20 septembre 2011 lu 4740 fois
Une journée à l’ONTT : Voyage en dernière classe.

Une journée à l’ONTT : Voyage en dernière classe.

Lorsque je lui dis franchement ce que l’on pense de lui et de son ONTT dans les milieux concernés, il sourit et répond « venez voir ce que l’on y fait ». Tentant ! Passer la journée à la Direction Générale de l’Office Nationale du Tourisme Tunisien (ONTT) apportera-t-il plus d’éclairage afin de mieux comprendre tout ce qui ne va pas. Pas forcément ! Les bilans sont faits et refaits et depuis longtemps.

Tout le monde est fatigué d’attendre un changement qui ne se fait toujours pas. Révolution ou pas, au vu des chiffres et sur le terrain, l’administration et le secteur privé plongent dans une dépression doublée d’une sinistrose. Pourtant à l’avenue Mohamed V, on s’active et pare au plus urgent. Récit d’une journée ordinaire dans un contexte extraordinaire.

En arrivant, la bâtisse sent la « naphtaline ». Elle est à l’image de son secteur,  défraichie et vieillie. Couloirs tortueux, peinture jaunie, mobilier tristounet, jardin abandonné, personnel qui traine la savate… Pourtant l’emplacement vaut son pesant d’or et sur les murs de certains bureaux trainent des toiles de maitres  de l’Ecole de Tunis : Yahia, Ben Salem, Bellagha. Autant de trésors ignorés. Un peu à l’image du tourisme tunisien : un diamant mal taillé.

Habib Ammar est le Directeur Général de l’ONTT .Il vient du Ministère de l’Industrie et de la mise à niveau et aura résisté, pour le moment, à la révolution et aux tremblements qu’ont connu toutes les administrations tunisiennes. Insultes, « dégagisme », contestations, grèves, luttes, « sit in »… Autant de nouvelles difficultés qui sont venues s’amonceler à celles qui avariaient déjà la situation. Une explosion de problèmes qui étaient sous perfusion.

Dans quel état sort-on après ces derniers 6 mois lorsqu’on est commis de l’Etat ? Habib Ammar répond : « plus fort et  plus décidé que jamais à porter le pays vers l’avant ». Résister, en cette période révolutionnaire  qui a fait des ravages dans l’ensemble de l’administration vers laquelle se pointent des doigts accusateurs de corruption, de malversations, de laisser-faire, de complaisances, n’est pas une mince affaire.

Reste qu’il ne faut pas oublier que depuis l’indépendance, l’administration n’a pas été uniquement l’arme silencieuse du système mafieux qui violait tous les jours le pays. Elle a aussi été son bras puissant pour bâtir la Tunisie moderne grâce à des compétences dont elle regorge encore et dont une partie a été détournée pour édifier le secteur privé tunisien.

Créé en 1976, l’ONTT se compose de plus de 1263 employés. Sa mission est l’application de la politique de l’Etat dans le secteur touristique sauf,  qu’au fil des ans, le ministère l’a supplanté en gratouillant quelques une des ses prérogatives. Vidée  de son pouvoir décisionnel, c’est, de toutes les façons, toute l’administration du tourisme qui s’est retrouvée en porte à faux, souffrant de la suprématie des autres Ministères dont celui de l’Intérieur et celui des  Finances principalement.

Pour Habib Ammar, il n’y a pas de secret. Le secteur a été brimé : « Le tourisme en est là où l’on a voulu le cantonner. On lui a coupé les ailes et tenu la bride. On demandait des  moyens, des outils, de la marge de manœuvre que l’on ne voulait pas autoriser. Comment voulez vous innover et progresser ? Le tourisme a simplement été tenu en laisse par les années Ben Ali ».

Au fil de la journée, le directeur général répond au énième  coup de téléphone fumant  une cigarette qu’il ne finit quasiment jamais. Sa matinée sera fractionnée entre 30 appels téléphoniques, une réunion avec les syndicats, un entretien accordé  à une journaliste française à qui il faudra donner des réponses débarrassées de  la langue de bois tout en restant rassurant. Dans l’après midi, il rencontre les professionnels du golf et mettent ensemble au point un programme de promotion pour la saison prochaine avec l’équipe marketing.


lire la suite sur : Mille et Une Tunisie

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...