mercredi 22 mars 2017 23h04

Tunisie: les journalistes dénoncent le retour aux pratiques de contrôle et de soumission au diktat politique

Publié le lundi 09 janvier 2012 lu 978 fois
 Tunisie: les journalistes dénoncent le retour aux pratiques de contrôle  et de soumission au diktat politique

Tunisie: les journalistes dénoncent le retour aux pratiques de contrôle et de soumission au diktat politique

Quelque 600 journalistes tunisiens ont participé, aujourd'hui devant le palais du gouvernement à place La Kasbah, à un rassemblement de protestation  contre les  récentes nominations   à la tête des principaux médias publics  sans concertation préalable avec les parties concernées  ainsi que contre les atteintes  à la liberté de la presse. Lors de ce rassemblement organisé à l’appel du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), les professionnels des médias ont dénoncé un « retour aux pratiques de contrôle, de censure et de soumission au diktat politique». «Vous, les rétrogrades,  ôtez  votre  main mise sur la presse! », «La presse est publique et elle n'est pas gouvernementale », «Non à la peur, non à la terreur, le pouvoir est au peuple», scandaient les manifestants.

Les protestataires parmi lesquels figuraient des représentants de la société civile, des avocats et  des dirigeants de partis politiques ont également dénoncé les agressions commises par les forces de l’ordre contre les journalistes. Ils ont, par ailleurs, estimé que les médias doivent constituer un pouvoir à part entière et non pas le porte-voix du gouvernement ou encore des partis vainqueurs des élections de l’Assemblée constituante. « Le peuple veut des médias indépendants », « ni le Qatar, ni les Etats-Unis, la presse est libre », « le gouvernement est provisoire, mais la liberté est éternelle», pouvait-on notamment lire sur les banderoles agitées par les protestataires. «Nous lançons un cri d'alarme après la multiplication des exactions et des agressions  contre des journalistes et nous dénonçons aussi les récentes nominations inappropriées à la tête des médias, sans prendre l'avis des instances spécialisées», a déclaré Néjiba Hamrouni, la présidente du Syndicat National des Journalistes Tunisiens.  Et d’ajouter : « nous sommes choqués de voir des symboles de la corruption de l'ancien régime qui avaient contribué à la répression des journalistes, couronnés aujourd'hui par le nouveau gouvernement». 
Juste en face du rassemblement des journalistes, une centaine de  citoyens, parmi lesquels figuraient de nombreux hommes barbus et des femmes voilées, ont organisé une contre-manifestation pour soutenir les choix du gouvernement. Ils ont notamment réclamé  la neutralité de la presse, accusant les journalistes d’être proches des partis de gauche. « Les pions du régime d’hier sont devenus aujourd’hui des révolutionnaires », «par nos âmes, par notre sang nous  défendrons Hamadi Jebali», «Non à la discorde et à la gabegie au nom de la liberté de la presse», scandaient-ils. 
 
Quelques accrochages ont eu lieu entre les journalistes protestataires et les organisateurs de la contre-manifestation, qui se présentaient comme des sympathisants du mouvement islamiste Ennahdha. Les deux camps qui brandissaient haut et fort des slogans qui se ressemblaient parfois comme la liberté de la presse et la neutralité des médias ont été séparés par des barrières et des cordons policiers. 
 
Le Premier ministère avait annoncé  samedi dernier plusieurs nominations à la tête des principaux médias publics mais aussi à des postes de rédacteurs en chef. Ces nominations ont notamment concerné l’agence Tunis Afrique (TAP), les journaux La Presse et Assahafa, et les deux chaînes nationales de télévision. Ces nominations ont aussitôt entraîné les protestations d'organisations professionnelles qui dénoncent, dont le Syndicat National des journalistes Tunisiens, l\'Instance nationale pour la réforme de l\'information et de la communication (Inric) et le Centre de Tunis pour la Liberté de la Presse. 
 

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...