jeudi 23 mars 2017 15h09

Point de vue Tunisie: la promotion du tourisme ou l’art de jeter l’argent par la fenêtre !

Publié le dimanche 15 juillet 2012 lu 3561 fois
Point de vue Tunisie: la promotion du tourisme ou l’art de jeter l’argent par la fenêtre !

Point de vue Tunisie: la promotion du tourisme ou l’art de jeter l’argent par la fenêtre !


Décidément, les troubles sociaux et politiques consécutifs à la révolution du jasmin  ont servi de paravent et de cache-misère à l’industrie touristique tunisienne. Laminée depuis de longues années par la concurrence égyptienne, marocaine ou encore turque, ce secteur n’a pas réussi à se réinventer pour dépasser le modèle mis en œuvre  depuis les années 60. A cette époque, le plus petit pays du Maghreb s’est concentré exclusivement sur le développement des sites balnéaires. Cette stratégie de croissance a abouti à une surcapacité d’offre peu diversifiée qui rend les hôtels très dépendants des tour-opérateurs internationaux. Sous le règne de Ben Ali, un pan du secteur est tombé dans l’escarcelle du l’ancien clan au pouvoir. La logique qui prévalait était « laisser faire, laisser  passer». Aucun pas n’a été, cependant, entrepris vers l’adaptation aux évolutions de la demande, l’amélioration de la qualité des services, l’usage des nouvelles technologies ou encore  la rénovation de la gouvernance….
Après la révolution, les autorités de tutelle se sont contentées d’expédier les affaires courantes. En 2011, elles ont déboursé 60 millions de dinars pour promouvoir la destination à l’heure où des troubles politiques internes et externes (l’insurrection libyenne armée et la fuite de milliers de réfugiés libyens et subsahariens vers la Tunisie, NDLR) perduraient.  Conséquence : la campagne promotionnelle réalisée par des experts français  a eu l’effet d’un coup d’épée dans l’eau. Et 60 millions de dinars ont été  ainsi dilapidées…
                                            Reproduire les mêmes erreurs !
Au lendemain des élections du 23 octobre 2011, les opérateurs du secteur ont nourri l’espoir d voir un gouvernement élu prendre enfin le tourteau par les cornes et jeter enfin un pavé dans ma mare d’une industrie à la dérive. Mais ils ont très vite déchanté.  Propulsé à la tête du ministère du Tourisme, Elyès Fakfakh, n’a guère fait mieux que son prédécesseur. Son intérêt s’est résumé à tenter de sauver les meubles… En ces temps de fortes pressions sur le trésor public, ce cadre du parti social-démocrate Ettakatol  a également puisé dans le trésor public quelque 60 millions de dinars pour assurer des campagnes promotionnelles. Cette fois ci- aussi, le moment était mal choisi pour un tel investissement ayant pour objectif de présenter une nouvelle image de la  Tunisie, de ses régions, de son peuple, de sa culture et de ses multiples attraits… Et pour cause : les diverses campagnes promotionnelles ont été lancées à l’heure où le pays traversait une série de remous internes d’ordre politique et social !  Outre les grèves sauvages et le blocage de routes,  trois zones touristiques  ont été placées sous couvre-feu début juin sous couvre feu  suite à de graves agitations salafistes. Et last but not least, la Sahara tunisien vient d’être classé « zone militaire fermée » !    Comment peut-on , dès lors, demander à un touriste de se rendre en vacances dans un pays où même la sécurité de ses propres citoyens n’est pas assurée ? Investir 60 millions de dinars dans la promotion d’une destination peu sûre ne revient-il pas à jeter  l’argent public par la fenêtre ?
                                       Maintenir le malade sous perfusion…
Même si l’on admet que les dernières campagnes promotionnelles pourraient  permettre à l’industrie touristique de retrouver ses niveaux de 2010- c’est l’objectif affiché par le ministère- , cela ne peut aucunement constituer une ébauche de solution ou le début d’une longue réforme. Un retour aux niveaux d’activité  enregistrés avant la révolution ne règle pas, en effet,  les problèmes de fonds. Il ne fera  que maintient le malade sous perfusion…
L’idéal aurait été d’investir le montant alloué à la promotion ou, du moins, une partie de ces fonds dans la préparation de l’avenir, c'est-à-dire dans la formation professionnelle, l’amélioration de la qualité des services, l’externalisation de la gestion des unités hôtelières aux principales sociétés de gestion internationales spécialisées (Accor, Iberostar, Melia...), ou encore l’assainissement de  la situation financière des hôtels endettés, le recours à la promotion en ligne… Autant de chantier que les études de la Banque Mondiale, de Fitch Rating ou encore la stratégie du développement du tourisme tunisien à l’horizon 2016 avaient identifiés depuis  de longues années… Donia Denguir

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...