vendredi 26 mai 2017 12h02

Tourisme tunisien : la relance par les speechs!

Publié le lundi 06 février 2012 lu 3665 fois
Tourisme tunisien : la relance par les speechs!

Tourisme tunisien : la relance par les speechs!

La rencontre tenue vendredi dernier sur les mécanismes permettant de relancer le tourisme tunisien,  est restée au stade des paroles et des bonnes intentions. Elle n’est pas allée au fond des choses. Devant les représentants d’une centaine d’agences de voyages, des diplomates, des journalistes locaux et étrangers rassemblés dans l’un des plus beaux hôtels situés sur les côtes de Carthage, les officiels tunisiens ont répondu présents. Ils on parlé. En long et en large. Ils ont tenté de rassurer.  Hamadi Jebali, le premier ministre, a, encore une fois, parlé  de démocratie, de libertés individuelles, de l’autorisation de l’alcool et des bikinis. «L’activité touristique est un facteur déterminant pour la stabilité des démocraties, et ce, eu égard à son étroite relation avec la garantie des libertés individuelles», a-t-il affirmé, à l’ouverture de cette rencontre internationale dont  le slogan était « 3000 ans d’histoire, 50 ans de tourisme, 1 année de démocratie". 

Le chef du gouvernement s’est même permis d’afficher un optimisme béat qui tranche avec la grisaille ambiante dans le secteur touristique. «En dépit des difficultés rencontrées par le secteur, le gouvernement est optimiste quant à l’avenir du tourisme tunisien», a-t-il déclaré, notant que le pays a déjà franchi un pas important sur la voie de la transition démocratique.

Sur la même lancée,  Elyes Fakhfakh, le ministre du tourisme, a rappelé l’importance de la diversification du produit touristique tunisien en vue de répondre aux besoins d’une clientèle de plus en plus exigeante, en indiquant que le potentiel de richesses archéologiques et naturelles de la Tunisie mérite d’être mis en valeur pour la promotion de la destination. «On doit mieux communiquer sur la Tunisie qui vit aujourd’hui un moment historique et unique », a-t-il ajouté. 

Abdelkarim Harouni, le ministre du Transport, a , quant à lui, avoué clairement, après avoir  tourné autour du pot,  que l’Open-Sky n’etait pas pour demain et souligné la nécessité d’un «délai réaliste » pour l’ouverture du ciel tunisien  aussi bien aux puissantes majors mondiales du transport aérien qu’aux trop conquérantes compagnies low-cost. L’annonce n’a pas manqué de provoquer la grogne des professionnels présents qui s’attendaient manifestement  à une décision plus révolutionnaire. 

Les interventions des représentants des TO n’ont pas été alarmantes. Elles n’incitaient pas non plus à l’optimisme. Aucune promesse n’a été formulée. Certains TO ont même évoqué le facteur prix – bradage- qui est, à leur avis ou plutôt selon leurs intérêts, une condition sine qua non de la relance de la destination. Une suggestion qui a fait grincer des dents les hôteliers présents.

Mohamed Belajouza n’y est pas allé par quatre chemins pour affirmer que « les relations entre hôtelier/TO devrait dépasser le cadre de client/vendeur pour atteindre celle de partenaires à part entière».

Globalement, les interventions et  les débats ont été, le moins qu’on puisse dire, superficiels.  Aucune action concrète, aucun planning, aucune stratégie n’ont été à l’ordre du jour. Les professionnels du tourisme sont inquiets et ils le sont davantage après cette rencontre. L’administration aurait pu profiter de cette journée pour lancer un signal encourageant et motivant. « C’était l’occasion, par exemple, de communiquer sur le nouveau logo de la destination », clame l’un des présents. 

Une intervention pertinente et même osée a, cependant, retenu l’attention des participants. C’est celle de Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération tunisienne des agences ( FTAV) . Pour ce jeune loup de l’industrie des  voyages, il est impératif de connaitre les nouvelles exigences de nos partenaires étrangers. « Qu’ils nous disent clairement qu’est-ce qu’ils attendent de nous ?  Que pourrions-nous leur offrir ? Nous sommes à leur écoute….. ». Cette intervention demeure, toutefois, l’hirondelle qui ne peut pas faire le printemps d’une industrie touristique qui ne cesse de subir de plein fouet les contrecoups de l’agitation révolutionnaire.

Face à ce tableau sombre, le gouvernement se limite aux speechs. Une stratégie que résume parfaitement l’inoxydable tube de Dalida. « Encore des mots, toujours des mots. Les mêmes mots. Rien que des mots. Des mots faciles des mots fragiles. Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles. Encore des paroles qu’on sème au vent ». A bon entendeur… 

 D.D

 

 

 

 

 

Crédit photo TAP

 
 

Lire aussi

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...