vendredi 28 juillet 2017 19h43

Tunisie: Petite réflexion sur les conditions de relance du tourisme dans le Nord-ouest

Publié le mardi 25 mars 2014 lu 7585 fois
Tunisie: Petite réflexion sur les conditions de relance du tourisme dans le Nord-ouest

Tunisie: Petite réflexion sur les conditions de relance du tourisme dans le Nord-ouest

 Par Wahid Ibrahim

Le Président du Gouvernement Mehdi Jomaa est en visite de travail dans le Gouvernorat de Jendouba .
Il a emporté avec lui beaucoup de bonne volonté et plusieurs ministres dont celle chargée du tourisme .
Cela dénote que le Gouvernorat de Jendouba ne peut décoller qu'après une bonne politique de désenclavement infrastructurel , de développement agricole et industriel et de promotion touristique .


Or tout le monde sait que le tourisme dans le Gouvernorat de Jendouba repose essentiellement sur 3 ressources principales qui ne demandent qu'à être érigées en produits :
-naturelles à Ain Draham et les forêts environnantes
-balnéaires à Tabarka et sur le littoral Nord
-culturelles à Bulla Régia , Chemtou et d'autres sites moins connus mais non moins intéressants .
Force est de constater que toutes ces ressources sont restées à l'état brut et n'ont pas permis au tourisme de prendre son envol .


Les hôtels sont soit fermés , soit ils tournent au ralenti et se délabrent d'une manière irrémédiable .
Malgré des investissements publics et privés colossaux et la présence toute proche du formidable marché algérien , le secteur reste réellement sinistré et ce depuis bien avant la "Révolution":
-On a commencé par y réaliser un superbe golf de 18 trous. Apparemment le tourisme dans la région est tombé dans l’un de ces trous et éprouve beaucoup de mal à en ressortir.
-On y a réalisé une marina et un port de plaisance avec quelques anneaux dûment équipés. Apparemment le tourisme dans la région s’y est enchaîné sans pouvoir s’en détacher pour prendre le Cap de l'excellence .
-On y a construit un magnifique Aéroport International doté de tous les équipements et assortis de tous les avantages fiscaux et opérationnels.Pourtant le tourisme y est resté cloué au tarmac et hésite à prendre son envol.
-La dernière: on a entamé la construction d’un grand et magnifique théâtre de plein air surplombant la mer. Ses gradins inachevés, faute de budget et de bonne gestion, attendront longtemps avant de s’animer et de recevoir les premiers artistes et les premiers spectateurs.

A ce train là, le tourisme dans la région risque de venir y jouer le dernier acte d’une comédie bien triste.

 

 


Comment mettre fin à cette situation et faire redécoller le tourisme dans une région qui ne manque pourtant pas de ressources naturelles , culturelles et humaines ?
Au risque de paraître fantaisiste, quelques solutions pragmatiques peuvent être proposées pour casser cette "fatalité" tabarkienne ou tabarkoise :
-Puisque les avantages climatiques sont moins évidents qu’ailleurs, il faut se résoudre à cette réalité et recourir à une exploitation saisonnière, à l’instar des autres destinations balkaniques, françaises, italiennes et espagnoles. Vus sous cet angle,les nouveaux investissements hôteliers deviendront moins onéreux. On n’aura plus besoin d’offrir un confort hivernal pour une exploitation exclusivement estivale et de subir, en conséquence l’extrême lourdeur des charges d’exploitation.
-Autre mesure radicale d’accompagnement: décréter Tabarka-Ain- Draham Zone Franche Touristique et en faire une sorte d’Andorre maghrébine avec une animation diurne et nocturne non stop (Bars , casinos, salle de jeux, cliniques off shore…).Toute la population européenne désormais privée de shopping hors-taxes intra européen et algérienne voisine y affluerait pour bénéficier des avantages de la vie et du shopping de luxe en tax-free.
-décréter la gratuité totale des visites culturelles dans la région durant 2014 et 2015 et mener une campagne d'information conséquente auprès des agences de voyages et du public .Les recettes induites par le flux national et international seront de loin supérieures aux maigres recettes des droits d'entrée actuellement perçus.Le manque à gagner ,véritablement dérisoire , ne peut justifier qu'on ne prenne pas une telle mesure promotionnelle .
-renflouer les "épaves" hôtelières locales qui ont souvent coûté très cher aux investisseurs et à la collectivité nationale .Un partenariat avec des investisseurs algériens ne serait pas à exclure.
-engager une véritable politique de mise à niveau de l'espace extra hôtelier en terme de propreté et d'embellissement, de sécurité et d'animation urbaine .
-promouvoir les différents formes d'hébergement et d'animation alternatifs à travers des micro-projets à la portée des jeunes diplômés locaux .
-développer un tourisme écologique crédible dans les massifs forestiers , les fonds sous-marins et les îles de la Galite .
-réhabiliter la ligne de chemin de fer et remettre le "Lézard Vert" sur les rails ( si je puis dire).
-relancer le Festival International de Tabarka avec une dominante de Jazz et des spectacles éclatés intégrés à l'environnement urbain .


En effet, pourquoi ne pas renouer avec les événements qui ont fait les beaux jours du tourisme dans la région et construit la notoriété de Tabarka sur les plans national et international .?
-ouvrir complètement le "Ciel de Tabarka" et permettre à toute compagnie d'y opérer avec les meilleures conditions matérielles et opérationnelles de compétitivité.
-décréter l'année 2015 , "Année du Tourisme au Nord-Ouest".


Avec toutes ces mesures et d'autres encore et une communication publicitaire et évènementielle convenablement ciblée , la région est susceptible de devenir un Must à la mode pour la Jet-Set internationale.
Le tourisme y connaitra une relance sérieuse et durable et l’Aéroport International de Tabarka pourra enfin ouvrir sa piste ...aux Etoiles.
Assez de diagnostics !


Passons résolument aux remèdes et aux actions qui portent et qui rapportent .

Lire aussi

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Coup de coeur

Baïa Inspiring spa, un temple de bien-être médical unique en Tunisie

Baïa Inspiring spa, un temple de bien-être médical unique en...

Un nouveau né dans le monde du bien-être, un fleuron des Spa de luxe de la Méditerranée, un...


Tunisie: Bab Souika, ma mémoire

Tunisie: Bab Souika, ma mémoire

Bravant le froid, la pluie et la circulation, des amoureux de la culture et du patrimoine...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...