dimanche 20 octobre 2019 15h59

Cinéma - Much Loved : un portrait de femme?

Publié le mardi 26 mai 2015 lu 5477 fois
Cinéma - Much Loved : un portrait de femme?

Cinéma - Much Loved : un portrait de femme?

Présenté dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs, Much Loved est un film extraordinaire et très fort de Nabil Ayouch.

Synopsis
"Marrakech, aujourd'hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d'amours tarifées. Ce sont des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.


A l’origine, Nabil Ayouch avait voulu faire un documentaire sur les prostituées de Marrakech. Mais après avoir interviewé des centaines de prostituées, il a préféré faire un film de fiction.

Quoique, peut-on vraiment dire que Much Moved est un film de fiction ?

Pendant environ deux heures, on accompagne un groupe de prostituées dans leur vie, leurs rêves, leurs ambitions, leurs déceptions….

Le film montre ces prostituées essentiellement sous quatre angles : leurs relations avec le client, leurs relations entre elles, leurs relations avec la société et leurs relations avec le pouvoir en place.

Le réalisateur va distinguer entre deux sortes de clients : les clients des pays du Golfe et les européens. Les relations avec ces deux sortes de clients sont complètement différentes.

Avec les clients du Golfe, il s’agit d’un rapport pratiquement bestial de personnes qui pensent qu’avec leur argent elles peuvent tout acheter, y compris les êtres humains. Là, aucune place aux relations humaines, à l’érotisme, à la discussion… il n’y a qu’exploitation et intérêt. Le client pense s’acheter un corps à malmener à sa guise, pour son propre plaisir. La prostituée ne pense qu’à l’argent qu’elle va soutirer, quitte à devoir le voler s’il le faut.

Avec le client européen, le rapport est tout à fait autre. Les filles vont profiter du client désargenté et qui ne pense qu’au plaisir qu’il peut tirer d’elles en lui prenant ce qu’elles peuvent sans rien donner. Par contre, avec le client européen d’un certain niveau, surtout intellectuel, il y a un réel échange. Les relations sont autres. Relations entre humains qui se respectent.

Nabil Ayouch insiste sur les scènes de sexe justement pour montrer la différence entre ces clients.

Avec les saoudiens, les relations sexuelles sont bestiales, moches, sales, brutales, vulgaires, à sens unique, où le client seul prend son plaisir sans se soucier de la prostituée. Alors qu’avec le client européen, il y a de l’érotisme, un échange, il y a une vraie relation sexuelle entre deux adultes qui en tirent tous les deux du plaisir.

Les filles entre elles ont des rapports qui peuvent paraître complexes. On pourrait croire qu’elles sont rivales tant elles se disputent, mais en réalité, elles sont très solidaires les unes avec les autres. Elles forment une famille. Chaque membre de cette famille est présent pour les autres. Elles sont même prêtes à aider des filles qu’elles rencontrent au hasard de la vie, comme cette jeune femme enceinte qu’elles vont trouver à l’hôpital, qu’elles vont recueillir chez elles et dont elles vont prendre soin.

Ces filles sont exploitées par tous. Par les clients, mais aussi par leur propres familles. Elles travaillent dur pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles qui en profitent en réclamant toujours plus. Ces mêmes familles ne donnent rien en retour, aucun amour, aucune affection, ni même reconnaissance. Au contraire, elles rejettent ces filles qui leur amènent la honte. On le voit très bien d’ailleurs lorsque la maman de Noha lui demande de ne plus venir pendant la journée pour que les voisins ne la voient pas. Cette maman a-t-elle un seul geste de tendresse envers sa fille ?

Non aucun. Au contraire. Elle ne cesse de lui réclamer de l’argent, mais par ailleurs la prend de très haut et voudrait bien ne plus avoir à la revoir.

Quant à la police sensée protéger les citoyens, lorsque ces citoyens sont des prostituées, elle les rackette et profite de leur faiblesse. Ces filles ne peuvent d’ailleurs rien y faire, elles sont obliges de subir sans broncher. Et on le voit dans le regard de Noha qui est normalement d’un caractère très fort, mais qui est obligée de subir le viol du policier sans broncher, la larme à l’œil.

Pourquoi est-ce que Nabil Ayouch a-t-il préféré faire un film de fiction plutôt qu’un documentaire ? A-t-il fait le bon choix ?

Manifestement oui. Par rapport à un documentaire, le spectateur est juste spectateur. Il reçoit une information. Il apprend objectivement. Mais grâce à la fiction, le spectateur ressent de l’empathie par rapport aux personnages du film. Il s’identifie à eux et comprend ce qu’ils ressentent. Tel est le but du film : dénoncer le milieu de la prostitution à Marrakech en faisant partager la vie, les sentiments, les peines et les souffrances de ces prostituées. De cette manière, on est plus affecté. Ces filles sont des prostituées, mais elles sont surtout et avant tout des femmes. Des femmes qui ont besoin de respect, de considération, de protection, de tendresse….

Très beau film. Très fort. A voir absolument.
 

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Coup de coeur

Affiche officielle du Festival de Cannes 2018

Affiche officielle du Festival de Cannes 2018

 Affiche officielle 2018 © Maquette: Flore Maquin - Photo : Pierrot le fou © Georges Pierre


Baïa Inspiring spa, un temple de bien-être médical unique en Tunisie

Baïa Inspiring spa, un temple de bien-être médical unique en...

Un nouveau né dans le monde du bien-être, un fleuron des Spa de luxe de la Méditerranée, un...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...