jeudi 21 septembre 2017 11h30

Tunisie: les hôteliers peinent à renoncer à la mentalité d’assistés

Publié le mercredi 15 juin 2011 lu 2221 fois
 Tunisie: les hôteliers peinent à renoncer à la mentalité d’assistés

Tunisie: les hôteliers peinent à renoncer à la mentalité d’assistés

Les indicateurs du secteur touristique en Tunisie clignotent tous au rouge. Les entrées et les recettes accusent le coup des évènements douloureux qui ont marqué et suivi la révolution du jasmin, avec des baisses drastiques avoisinant les 50%. Et pour ne rien  arranger, les perspectives de la haute saison sont plutôt moroses.

Les réservations pour la saison de pointe connaissent des baisses d’entre 50 et 60%, en comparaison avec l’année écoulée. Les malheurs des uns faisant le bonheur des autres,  les touristes jettent leur dévolu sur le Nord de la Méditerranée comme  l’Espagne, la Grèce et l’Italie. Conséquence: certains hôteliers ont fermé boutique en attendant des jours meilleurs alors que d’autres continuent à ramer contre vents et marées.

Des milliers d’emplois ont été déjà perdus et des dizaines de milliers d’autres sont menacés. En conclave récemment à Tunis, les professionnels du secteur ont lancé des appels à l’aide urgents. Ils ont réclamé le soutien du gouvernement provisoire, notamment des facilités de paiement des factures de consommation de l’électricité et de l’eau, le rééchelonnement des dettes vis-à-vis des banques et des cotisations sociales. Le principal souci est de préserver le maximum d’emplois.
L’intention est louable mais une question reste en suspens : Que peut faire le gouvernement de Caïd Essebsi qui gère des urgences économiques et sociales, pour le moins, énormes? Le nombre de demandeurs d’emplois dépasse les 700.000. La croissance économique tournera dans le meilleur des cas autour de 1%. Les subventions aux produits de consommation grèvent de plus en plus le budget de l’Etat…Et la liste des urgences est encore longue…

Les hôteliers qui ont longtemps vécu sous perfusion et bénéficié des largesses des banques et de l’Etat ne doivent-ils pas faire cesser de quémander en ces temps difficiles ? Ne doivent-ils songer à d’autres solutions comme celle de baisser leurs prix destinées aux autochtones et s’activer pour bénéficier  au maximum du stop-sale que générera le surbooking prévu sur les marchés nord-méditerranéens ? Ne devraient-ils pas prêter main forte à un gouvernement confronté à des urgences énormes au lieu de lui tendre la main ?  Une tentative de renvoyer l’ascenseur à un pays qui les a toujours épaulés ne serait pas de trop…A bon entendeur !

 WAK

Zoom régions

 

Tourisme au pluriel

 

Escapades

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks de Djerba

Les Fondouks (caravansérails) sont de somptueux monuments historiques. Ces derniers régnaient...


Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar et ses vestiges préhistoriques

Le lac d’Ofar dénommé El Bahr Esseghir situé sur le plateau sableux de Rass Taguermess....


SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être à la lisière du désert

SPA «Bains berbères » à Tamerza Palace: un hymne au bien être...

Un nouveau centre SPA très haut de gamme vient d’embellir davantage la vitrine des produits...


24 heures au Caire!

24 heures au Caire!

Déjà, dans l’avion affrété spécialement pour transporter les hôtes distingués de Koral...


 

Revue de Presse

FlowersWay tisse sa toile entre les agents locaux du tourisme

Entre la nouvelle version du site web et un objectif de 300 000 visiteurs uniques par mois fi......


Palais des Congrès : le Chargé de développement commercial doit...

Quels métiers choisir ? Avec les fiches métiers de TourMaG.com, retrouvez toutes les...


Gros sièges pour obèses : une vingtaine de compagnies seraient...

Pas de communication officielle chez Airbus sur le sujet mais la presse internationale bruisse...


SNAV : un label « tourisme durable » dans les starting blocks

Après avoir réalisé le Livre Vert du tourisme, la Commission « Tourisme durable » du SNAV...